L'origine du nom de Marclopt

La légende prétend que les romains, conduits par un général "Marcus Claudius" (Marcpeuim en latin), auraient gagné une bataille contre les Gaulois.  Cette bataille aurait eu lieu entre l'église et la Loire. C'est la thèse défendue par Jean-Marie la Mure en 1680. Mais rien ne vient confirmer cette hypothèse : pas de bataille en ce lieu et pas de général romain. Par contre il est possible que ce soit le nom d'un riche propriétaire romain occupant une villa entre Marclopt et Saint-Laurent-la-Conche.

Deux autres hypothèse sont avancées sur la base de l'analyse des racines du nom. Marclopt viendrait de :
"Malus " mauvais de "clot" qui en occitan signifie mare. Cette hypothèse est plausible car, comme tous les villages de la plaine du Forez, notre village avant la Révolution, comportait 10 étangs et pas moins de 22 mares ("d'où vient le nom de villes et des villages du Forez" par Jean-Marie Sassagne et Mariola Korsak aux éditions Faucoup) 
"Malus" mauvais, mais "clot" renverrait à clôture en référence à la forteresse qui vers 1500 était en très mauvais état. ("Noms de lieux de la Loire et du Rhône" par Anne-Marie Vurpas et Claude Michel). Cette explication n'est pas plausible car le nom de Marclopt existait déjà en 1100 à la construction de l'église.

Un peu d'histoire

D’après les géologues, après l’émergence des Alpes il y a quelques 5 millions d’années, un affaissement se produit entre les monts du Forez et du Lyonnais. Un lac se constitue puis, suite à un mouvement de terrain, sans doute, au niveau de Neulise, il se vide et c’est ainsi qu’apparaît la plaine du Forez.
Dans « La légende des siècles foréziens »,[1] c’est Honoré d’Urfé qui a popularisé l’idée d’une mer forézienne qui recouvrait les terres avant la conquête romaine.
« De toute ancienneté, cette contrée que l’on nomme à cette heure Forez fut couverte de grands abîmes d’eau, et il n’y avait que les hautes montagnes que l’on voit alentour qui fussent découvertes, hormis quelques pointes dans le milieu de la plaine, comme l’écueil du bois d’Isoure[2] et de Montverdun. »
[1] Site www.forez-info.com [2] Uzore

La plaine du Forez



Des prospections archéologiques entre Marclopt et Saint-Laurent-la-Conche ont été réalisées par : Peter Jud, ADLFI Archéologie de la France (1997-2008) ; le GRAL Groupe de Recherches Archéologiques de la Loire (2005) et Audrey Charvet Chronoterre Archéologie (2012).
Ces prospections ont révélé une présence humaine depuis au moins 4000 ans avant JC.

Les Celtes

qui habitaient notre pays sont nos "ancêtres les Gaulois". La peuplade gauloise qui occupait notre région sont les Ségusaives. En 52 avant JC, les Romains arrivent. Avec la décadence de l'Empire romain, c'est au tour des Huns, des Gots, des Visigots, des Ostrogots etc. et enfin des Francs. Marclopt c'est vraisemblablement construit autour d'un lieu de culte datant des Carolingiens (800 - 1000). L'église actuelle qui a, sans doute, été construite sur ce site, date de 1100.

Les comtes du Forez

L'origine de la dynastie des comtes du Forez se situe vers 950. Ils font de Marclopt une Châtellenie et construise une forteresse autour de l'église et simultanément contruisent la Maisonfort dans laquelle résidera la fille du comte vers 1200.
En 1536, le Forez est rattaché à la France et Marclopt devient une châtellenie royale et ce jusqu'en 1773, date à laquelle elle sera rattachée à la Châtellenie de Feurs.

La lente mutation de Marclopt

En 1773, Marclopt n'est plus une châtellenie. La Maisonfort est acheté par le Marquis de Poncins qui ne résidera jamais dans la commune.
En 1789, lors de la création des communes, la tentation est grande chez nos voisins d'intégrer Marclopt à leur commune. Jean Champier, maire de l'époque, préserve la commune de Marclopt en déclarant que l'église peut contenir 1000 personnes ...
En 1801, Marclopt n'est plus une paroisse.

En 1845, Barthélémy Sury, le maire de l'époque, crée une école et recrute un instituteur. Cette école était située entre la cure et l'église, ce qui ne manquera pas de créer des problèmes par la suite.
En 1853, Philippe Poncet en tant que maire, fait réparer l'église et Marclopt redevient une paroisse. En 1875 il fait construire la mairie école (Carte postale ci-dessus) qui est la mairie actuelle.

Ecole

Marclopt a alors environ 330 habitants. A partir de 1890 la population décroit régulièrement. En 1906, il existe 60 fermes à Marclopt, mais là, la guerre de 1914-1918 accèlère l'exode rurale, la population atteindra 184 habitants en 1962. Elle est de 520 en 2020.

Ces cartes postales qui nous plongent dans le passé

Voici une série de cartes postales prises entre 1907 et 1920. Deux observations :
Certaines portent la mention : "Sury, éditeur". En fait, les photographes parcouraient les villages et proposaient aux commerçants du lieu d'être éditeurs. C'était donc le cas pour le café Sury, l'un des trois cafés à l'époque.
Le curé qui est sur les photos est le Père Fustier, ancien combattant, très attaché à la mémoire des personnes tombées pour la France, il créa une mission pour financer le monument aux morts de la commune qui se situe entre la cure et l'église.




En poursuivant votre navigation sur ce Site Internet, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de ce site et de ses services.